Limoges CSP (1975-1976) – Salle des Sœurs de la Rivière, des décibels à volonté

Ça y est, nous y sommes, la Nationale II s’ouvre au CSP Limoges. L’ASPTT Limoges, quant à lui, prend l’itinéraire contraire et se retrouve en Nationale III. Fin d’une époque, début d’une autre. Probablement, c’est à partir de cette saison, où les souvenirs, pour une grande partie du public, commencent, puisque un « showman », appelé Lionel Moltimore est le VIP, des soirées limougeaudes, avant d’être rejoint la saison suivante par la fusée Apollo Faye. La Salle des Sœurs Rivières se transforme en une piste de discothèque, où les décibels frisent l’apoplexie. Alors, admirez les artistes du « Show ».

Lionel Moltimore, des smashes télécommandés en orbite

img_20160923_0001
Lionel Moltimore « le cas » du Limoges C.S.P. titre Le Populaire du Centre (Source : Le Populaire du Centre, 1976 – Archives Blondeau).

Né en 1951, à Benton Harbor (Michigan), Lionel Moltimore, pour lui, les smashes, il en connaît un rayon. C’est exactement, ce genre d’oiseau rare qu’il faut au CSP Limoges. Déjà, les spectateurs s’étaient déplacés en nombre mais la Salle MU était loin de faire le plein. Lors des chocs, c’était 500 spectateurs, tout au plus, qui venaient s’asseoir sur les bancs rustiques de l’ancienne Usine à chaussure. Avec Moltimore, récemment diplômé en Sciences Économiques, le CSP a signé un gentleman bourré de talents. Or à l’annonce, le lecteur, la presse ne pouvait savoir avant l’heure, que l’ancien universitaire était aussi capable d’assurer la couverture médiatique sur le terrain en assénant des smashes millimétrés. Son engagement est surtout voulu en raison de ses « 6 pieds 8 pouces » (2m05), « une hauteur appréciable pour un joueur de basket et il semble qu’au pivot il rendra d’utiles services au club limougeaud. » déclare Pierre Jack du Populaire du Centre lors de sa signature. Limoges est tombé sur une pépite d’Or. Inconnu à Limoges, il avait déjà effectué un essai, un an auparavant, à l’ASPO Tours (N1) dirigée par Pierre Dao. Malheureusement, Tours comptant dans ses rangs 2 étrangers, Molti’ ne pouvait s’engager chez les tourangeaux. Dao a toutefois gardé des contacts avec Moltimore et a conseillé au Limoges CSP de l’enrôler, s’agissant d’un joueur pouvant soutenir la comparaison avec le joueur phare de l’Association Sportive de Préparation Olympique de Tours, L.C. Bowen selon les dires, son ancien voisin de rue, lorsqu’il était encore dans le Michigan !

img_20160923_0006
Le public limougeaud, fan inconditionnel, grâce à Moltimore, la salle MU fait le plein, plus de 1200 spectateurs lors des grandes rencontres (Source : Populaire du Centre, 8 février 1976 – Archives Blondeau).

Lors de sa première sortie officielle à Limoges, Moltimore bien que défaillant aux lancers-francs s’offre les ovations du public des Sœurs Rivières qui « n’avait d’yeux que pour Moltimore » et ses « quatre splendides smashes [délivrés] et ce malgré l’opposition de Collins », l’américain d’Asnières-Sports. Avec lui, le CSP retrouve la sensation de franchir les 100 points. Il lui arrive de franchir la barre des 50 points en une seule rencontre. Contre l’ALM Évreux du vieux Léon Clark, ancien des Boston Celtics, légende américaine du basket-ball normand, pour la dernière journée de Championnat de Nationale II, Moltimore offrit un festival, donna une leçon, en totalisant 54 points ! Par la même occasion, son compatriote, Léon Clark, atteigna le 1000 ème point sous les couleurs de l’ALM.

img_20160923_0004
Face à Cabourg, Lionel Moltimore fut impérial dans les airs (Source : Populaire du Centre, 4 novembre 1975 – Archives Blondeau).

Tout le long de la saison, Moltimore consolida sa position de top-scoreur et assura la prestation après-vente dont le C.S.P. avait besoin pour attirer un public encore « chauvin » mais peu « connaisseur ». Le joueur en privé, est un grand timide lorsqu’il débarque à Limoges huit mois en arrière. Mais Limoges, paisible cité des bords de Vienne, transforme Lionel en un véritable limougeaud grâce à ses coéquipiers Maza, Billet et les autres, toujours prompts à lui livrer les charmes provinciaux, sans oublier un ancien de la maison cercliste, Christian Soulier, ingénieur des A. et M., transformé en professeur de français pour celui que le Populaire du Centre dénomme comme le « cas » du Limoges CSP.

Parler notre langue reste un pensum à laquelle il répond systématiquement à son interlocuteur, « No understand » lorsque la discussion s’engage à un niveau soutenu, par contre côté terrain, Lionel brille avec un « understand » déconcertant, dans deux ans dit-il, « le Cercle sera champion de France », pas moins que ça, Lionel est optimiste après la septième place décrochée par son nouveau club en Nationale II.

Mission maintien : trouvé une pointure à son pied

img_20160923_0011
Un match de gala qui aurait pu être une affiche de la Nationale 1 (Source : Populaire du Centre, 1975 – Archives Blondeau).

Techniquement Limoges est dans les clous. Reste à savoir quel sera l’apport des besogneux anciens et nouveaux accompagnant l’avion de chasse américain du Cercle. Le mystère est vite élucidé dès la reprise de la préparation. Face à l’ASPO Tours, derrière Motlimore, auteur de 48 points, Maza et Métadier ainsi que Fall prouvent qu’ils pourront joués les pompiers de service. Maza ancien de l’ASPO Tours, international militaire français a tout pour réussir avec Limoges. Métadier, ancien de l’ASPTT Limoges, a une bonne adresse et peut devenir le parfait adjudant de Lionel Moltimore. À l’intérieur, Paco Puyhardy (1m94) et Raymond Bique (1m92), assureront le « taf » sur le chantier du rebond, toujours en suppléance de l’homme à tout faire du Michigan. Enfin, avec Richard Billet, le jeune loup de l’équipe, accompagné de Éric Lhermet (19 ans), les cerclistes s’assurent une cohérence pour l’avenir. Ferme la marche, Christian Lajat, ex-joueur du Limoges CSP, est l’entraîneur-manager de l’équipe.

img_20160923_0012
Équipe de la saison 1975-1976 (Source : Populaire du Centre, 1975 – Archives Blondeau).

effectif-csp-1975-1976

136 points encaissés, 99 points marqués, contre le Charenton de Claude Bolotny, on aurait cru que la marche était trop lors de la première journée néanmoins, le CSP a les ressources pour tenir et du talent à vendre. La saison n’est pas linéaire. Des bas, contre Orléans, Charenton et surtout des hauts, contre notamment le Stade Français (6 février 1976), auquel le CSP lui ôta une victoire à Limoges (86 à 77) et concéda sa quatrième défaite de la saison [les parisiens termineront 2 ème de la poule A avec 6 défaites], le tout devant plus de 1200 spectateurs.

calendrier-1975-1976

img_20160923_0005
Une victoire surprise contre le deuxième du Championnat, ici s’écrit la légende (Source : Populaire du Centre, 8 février 1976 – Archives Blondeau).

Les écuries du Championnat tombent toutes à Limoges sauf Valenciennes qui compte dans son effectif, de solides joueurs d’équipe que sont Ashley, Slotwinski, Lempereur et Houvenasghel. Limoges se classe à la septième place, après la 26 ème et dernière journée de la poule A de la Nationale II, avec 13 victoires, 2 matches nuls et 11 défaites.

classement-1975-1976

Avec plus de 33 points en moyenne, Moltimore est le meilleur marqueur de son équipe. Maza est quant à lui le deuxième marqueur (16,19 pts), auteur de tirs décisifs sans lesquels le CSP n’aurait pu obtenir des nuls ou des victoires sur le fil, tout comme son coéquipiers, Gérard Métadier efficace à 5-6 mètres ainsi que devant le cercle. Trois joueurs sont à plus de 10 points, le reste se partageant souvent les tâches ingrates… après tout, une équipe à ce niveau, doit ressembler à ça. Limoges était installé pour de bon en Nationale II.

play-maker
Gérard Maza, tout en finesse (Source : Populaire du Centre, 1er mars 1976 – Archives Blondeau).

statistiques-1975-1976

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s