Limoges CSP (1974-1975) – Ni castré, ni limogé

Une montée obtenue administrativement, le CSP Limoges va s’essayer à l’étage supérieur tout comme leurs compatriotes limousins de l’US Tulle, en troisième division, la Nationale III. Le basket limousin se porte bien. Depuis 1973, la région fédérale a connu une augmentation de ses effectifs, représentée par son secrétaire général, Mr. Morel. On compte 162 nouveaux « cartons », soit au total, 1763 licenciés. La progression est constante depuis 1970 et le but est désormais d’atteindre la barre des 2000 licenciés, grâce aux montées de l’Asptt Limoges en Nationale 2, celles de Saint-Pierre et l’US Tulle en Nationale 3 et l’accession du Limoges BC, en Nationale 4. Seront-ils en mesure d’aider le Basket local ? Pour le Cercle Saint-Pierre Limoges, la Nationale III, malgré la montée surprise, ne doit être qu’une étape de circonstance.

Un représentant des États-Unis signe au CSP Limoges : « ça va être du gâteau »

effectif csp 1974-1975En juillet 1974, les dirigeants du CSP Limoges sont à la recherche d’un élément supplémentaire pour compléter un effectif qui a déjà fière allure : Bique (1m92), Fall (1m94), Puyhardy (1m92), Lajat (1m80), Pierredon (1m78), Vareille (1m70), Radenkovic (1m98), et deux renforts qui sont tous deux espoirs nationaux, avec Billet, 17 ans (1m88) et Eric Lhermet, 18 ans (1m85). Jean-Claude Malinvaud et Pierre Biojout prendront une semi-retraite mais suivront tout de même les entraînements de l’entraîneur Jean-Pierre Parron, secondé de Georges Benitez.

Au CSP, on voit les choses en grand, surtout sous les auspices chaleureux de l’été. Un an auparavant, le club du saint patro, avait casser la logique ancestrale, en allant voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Ainsi deux joueurs étrangers, Souleymane Fall (Sénégalais) et Radoliub Rockic Radenkovic (Yougoslave), avaient rejoints le CSP. Deux éléments qui s’intègrent à merveille dans l’effectif auxquels on reproche, surtout pour l’étoile yougoslave, d’être « presque trop collectif » !

james collins
James-Patrick Collins, premier américain du CSP Limoges (Source : Populaire du Centre, 11 septembre 1974 – Archives Blondeau).

Rocky, joueur recommandé pour tous les niveaux du Championnat de France, avec la signature d’un « géant » pourra donner « la pleine mesure de son talent » commente la paire, Popelier-Biojout au Populaire du Centre (juillet 1974). Ce « géant » sera un américain (au passage, pour l’anecdote, premier américain du CSP Limoges), car il faut bien remplir l’engagement de l’équipe dirigeante, après deux montées successives, la montée en N2 est en pointe de mire. Personne n’est dupe, la signature d’un américain au CSP est un coup de projecteur, « pour « faire » du public, pour viser haut dans le championnat, c’est la seule solution. » lâche dans son article, Michel Ploy. Courant juillet, « c’est désormais officiel, le Limoges Cercle Saint-Pierre disposera la saison prochaine d’un joueur américain […] Né le 8 juin 1952 à Fort Dodge (Iowa), James-Patrick Collins a décidé de venir faire carrière en France. Etudiant, mesurant 2,05 m. pour 100 kg., Collins est le pivot de l’Université d’Iowa. James-Patrick Collins sera à Limoges le 20 août prochain et participera au premier entraînement qui a été fixé au 22 août. » annonce la brève du Populaire du Centre. On ne sait que peu de choses sur ce joueur, par contre, arrivé à Paris, il n’a pas aimé le camembert, mais les françaises ne lui ont pas déplu.

james collins 1
2m05, l’instant d’une saison, James Collins était l’homme le plus grand du Limousin (Populaire du Centre, 21 août 1974 – Archives Blondeau).

Pour étoffer la saison, à la suite d’un remaniement du comité de gestion, cette dernière met au point l’organisation de plusieurs matches de propagande (ASPO Tours, SCM Le Mans), susceptibles de rameuter un public plus important dans la salle municipale, remanié au profit des basketteurs du limousin, avec un éclairage fonctionnel et un revêtement moderne, souple, en guise de plancher. Tout est mis en œuvre pour assurer le spectacle, Radenkovic a en tout cas apprécier son nouveau partenaire lors de son premier entraînement, le Basket avec Collins « ça va être du gâteau ».

DSC08641
James Collins, une belle détente à l’américaine, sous le regards de son compatriote de l’ASPO Tours, Reynolds (Source : Populaire du Centre, 13 septembre 1974 – Archives Blondeau).

Salle Grellet (la Salle MU n’étant pas disponible en raison des travaux), l’américain confirma face aux trois américains de l’ASPO Tours, Bowen, Reynolds et Meynard, auxquels il donna un peu de fil à retordre, tout en étant peu rompu aux combinaisons de son équipe. 29 points dans la peinture, mais l’américain se fit davantage remarquer en défense où il démontra une solidité et lucidité exemplaire en défense. Alors, certes, les tourangeaux ont triomphé 117 à 76 du Cercle Saint-Pierre, toutefois, il ne faudrait pas oublier, selon Pierre Jack du Populaire du Centre (article 13 septembre 1974), le formidable travail opéré au rebond, en triangle, par le trio Bique-Radenkovic-Collins. La raquette du CSP a été en mesure de gêner les formidables attaquants de l’ASPO. Voilà un argument intéressant face aux meilleures équipes de la Nationale 3.

Ni castré, ni limogé

La saison débute face à l’US Tulle. Derby régional, une rencontre importante, où le public limousin devrait se déplacer en masse à l’ex-usine de chaussures… oui mais voilà, après les matches amicaux, le CSP ne disposait toujours pas de la salle principale. Comme lors de la saison 1972-1973, les cerclistes se rabattent sur… le gymnase de l’actuel collège Maupassant… Salle André Raynaud. Oui, le CSP Limoges a été contraint a joué dans cette salle qui ne présente pas les critères d’une salle de Nationale 3. Se contentant de peu, le CSP fit abstraction du changement et mis la première, dépassant un US Tulle (74-47) restait au point mort. Il est sûr, Tulle ne jouera pas la montée. Après cinq journées, il devient évident que c’est face à Castres où la décision sera tranchée. Un duel, qui se déroule, par un premier round, en territoire tarnais, le samedi 19 octobre 1974.

castres
L’équipe de Castres, debout de gauche à droite : Segura (entraîneur), Connuel, Peccolo, Belda, Legrand, Gueye ; Accroupis de gauche à droite : Vergara, Caussie, Paredes, Soriano, Bezin, Schoenenberger (Source : Populaire du Centre, 13 février 1975 – BFM Limoges).

La confrontation, CSP Limoges-Castres BC, suscite en pays tarnais, des discussions. Castres à égalité de point du CSP Limoges, en gagnant face au CSP Limoges peut prendre seul la tête du championnat. Chacune possèdent des réponses aux menaces des autres. À Limoges joue à l’intox quant à la participation de Radenkovic, qui s’était blessé au pouce droit, une semaine auparavant, en voulant contrôler un ballon incertain, contre Muret. Côté castrais, Soriano, pilier du BC Castres, souffre d’une entorse et est annoncer diminué. Le match se jouera dans la « magnifique » nouvelle « salle des sports de Castres dotée d’un chronomètre géant, d’un calculateur automatique et de panneaux en plexiglas se prêtera admirablement à cette rencontre au sommet » assure le journaliste, Pierre Jack (Populaire du Centre, 18 octobre 1974). En 1974, rien ne fait pas reculer la modernité. Dans ce jeu de dupe, c’est Limoges qui l’emporte. Radenkovic, qui a obtenu le feu-vert du médecin, la main droite plâtrée il y a peu, retouchait la gonfle. En s’appuyant sur Collins et Radenkovic (46 points pour le tandem), Limoges prit l’ascendant contre Castres. Sur le ring, les deux boxeurs, livrèrent une partie remarquable. Mené de 8 points en deuxième mi-temps (48-41), le CSP bien inspiré, égalisèrent… jusqu’à la fin, un mano à mano entre Castres et Limoges, mit en suspens la victoire. Le CSP, plus sérieux, remporta 69 à 67.

DSC08698
La main droite de Radenkovic plâtrée, un poison pour un tireur d’élite (Source : Populaire du Centre, 16 octobre 1974 – Archives Blondeau).

Au match retour, le Castres BC (15 février 1975), qui convoitait tant la première place, s’est résilié à seulement surprendre le CSP Limoges, car quoi il arrive, suite au mauvais coup porté par Muret au Castres BC, le CSP est garantie du fauteuil de leader de la poule. La partie a du piment pour le CSP car le patro peut pratiquement s’assurer, sauf désastre, un billet en aller-simple pour la Nationale 2. En levé de rideau, au bon souvenir des années 1940-1950, les journalistes affronteront les anciens du CSP, de quoi relever l’ambiance, surtout lorsque les spectateurs verront Montaudon ou Clavé (les plus connus de la liste) au lay-up face à la défense des vénérables gardiens du CSP, Sénèque, Robert, Beaumord etc.

DSC08949
L’équipe du Limoges CSP, debout de gauche à droite : Bénitez (entraîneur),  Collins, Radenkovic, Puyhardy, Bique, Parron (entraîneur) ; Accroupis de gauche à droite : Lhermet, Pierredon, Billet, Lajat (Source : Populaire du Centre, 13 février 1975 – BFM Limoges).

Devant une belle chambrée (500 spectateurs !), le CSP a bien failli concédé une deuxième défaite face au Champion de France de Nationale 4 de la saison écoulée. Castres et Belda ont crânement tenu en maître la rencontre, sauf que, comme à son habitude, Radenkovic prit la rencontre en main et ramena le club limougeaud sur les basques des castrais, désorganisés et pénalisés en défense. Néanmoins, les deux équipes regagnaient les vestiaires, sur un score nul, 68-68. Limoges n’est pas tombé. Le CSP est la bête à abattre. À Cognac (23 février 1975), alors que le CSP est quasiment certain de finaliser la saison par une montée au vu du calendrier, pourtant les supporteurs de Cognac ne l’entendent pas de cette façon, sans montrer leurs pectoraux. Ainsi à la fin de la rencontre remportée par le Cercle, une partie du public s’est jetée littéralement sur les joueurs du CSP Limoges et leurs dirigeants… bagarre générale, un dirigeant est violemment frappé par un spectateur furibard. Après intervention des dirigeants locaux, le CSP repartit, sans porter plainte… quelle histoire et dire qu’aujourd’hui, une simple boulette jetée se transforme en interdiction de stade !

calendrier 1974-1975

À la conclusion d’une saison éprouvante, ni limogé, ni castré, le Cercle Saint-Pierre Limoges monte en Nationale 2.

classement 1974-1975

En revanche, pour les phases finales de la Nationale 3, Limoges, n’ayant plus James Collins (rentré aux USA) et Radenkovic (parti fâché avec le CSP, car le CSP voudrait un pivot américain, à sa place, pour la saison prochaine), son parcours s’arrête dès les quarts de finale, face à l’équipe de Montbrison (invaincu à ce niveau), corrigeant à deux reprises (27 avril 1975 : CSP Limoges 69-100 Montbrison ; 3 mai 1975 : Montbrison 68-104 CSP Limoges) une escouade formée autour des joueurs champions d’excellence du Limousin, en 1973… dont certains, nous les reverrons continuer le pèlerinage quelques saisons en vert, à une marche de l’élite.

séquences basket
Seulement à deux reprises cette saison, le CSP et l’ASPTT Limoges se sont affrontés, en match amical, se départageant par une victoire chacun (Source : Populaire du Centre, 30 décembre 1974 – Archives Blondeau).

nb : ajoutons, le fait que le CSP Limoges s’est décommandé de la finale régionale l’opposant à l’ASPTT Limoges, la priorité étant son quart de finale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s