1964-1965 : Place aux vedettes

1,2,3 silence magnéto, ça tourne… « Bordas dribble, déborde le côté droit ; Bordas passe pour le grand Jacques ; chaloupé de la main droite… bingo ! Messieurs, dames, l’ASPTT Limoges est entrain de virer en tête face aux vedettes de la SA Lyon » annonce le téléviseur, nous sommes le jeudi 15 octobre, 13h50. L’image est noir et blanc, les « rares » téléspectateurs branchés devant l’écran carré sont peut-être les premiers limousins à découvrir un match rediffusé de Basket-Ball à la télévision. Une épopée que nous ne pouvons pas raconter puisque le fameux film du match n’est pas accessible, tout du moins je ne l’ai pas encore vu. Retenez, le 10 octobre 1964, les PTT limougeauds avaient l’honneur de recevoir, Salle Grellet, le SA Lyon et sa pléiade d’internationaux, pour le compte de la 2 ème journée de la Nationale II, toute nouvelle antichambre de l’élite. Les « sans grade » de l’ASPTT Limoges se battent jusqu’au dénouement final face à l’équipe lyonnaise forte de Housse, Demeyer et Lespinasse et s’assurent une victoire de prestige, 54 à 47. Limoges est bon 1er du Championnat en compagnie du Caen BC, Antibes et des alsaciens de Graffenstaden. C’était en 1964, le Basket limougeaud revivait et rêvait de première division, celle qui avait consacré les basketteurs du CAPO Limoges à la fin des années ’40. Le temps m’est venu de poursuivre ce récit à travers la saison 1964-1965 du Basket-Ball Limousin. Dans la suite [non] logique de mon premier guide sur la saison 1962-1963 du Basket-Ball Limousin, je vous propose de faire ensemble un rebond supplémentaire dans le temps.

DSC08091
Vous me reconnaissez ? On m’appelle « Grellet », le Maire de Limoges, Louis Longequeue, vient à l’instant de m’inaugurer, le 20 mai 1964 (Source : Bulletin ASPTT Limoges, Juin 1964 – Archives Départementales de la Haute-Vienne).

Des gagnants « sans grade »

Ils [Elles] étaient « Jaune, Rouge », « Vert, Blanc », le samedi, après la débauche du vendredi, ils [Elles] portaient fièrement le maillot de l’équipe fanion. Ils [Elles] s’appelaient Bordas, Veyrier, Macaire, Biojout, Soulié, Danièle Guérin et consort, tous une même passion, le Basket. Bien entendu, ils n’étaient pas des professionnels du Basket-Ball, leurs métiers étaient pour la plupart en dehors de tous terrains sportifs : postiers, entrepreneurs, mécaniciens, employés de bureau ou municipaux, hormis certains en jogging, dans les cours et gymnases des Lycées et Collèges environnant, professant la rigueur d’un tir bien exécuté : jambes fléchies, genoux à moitié pliés pour prendre l’impulsion, puis les bras, inexorablement tendant vers le cercle rouillé, accompagnés du fouetté des mains celui qui permet au ballon d’atterrir dans le cercle.

DSC05668
Jacques Veyrier, facteur la semaine, joueur de basket le week-end… surtout lorsque l’ASVEL se pointe (Source : Populaire du Centre – BFM Limoges).

La patience d’un champion  la semaine, l’euphorie, le soir du match, auquelle tous ces champions ont recours le jour « J », joyeux à l’idée de gagner le match, pour une place toujours plus haute au classement. En octobre 1964, l’ASPTT Limoges masculin (1), le CSP Limoges masculin (1), l’ASPTT Limoges féminin (1), sont les premiers clients de la liste [j’oubliais la Saint-Louis de Gonzague de Limoges (1), pardi !].

Les « AS » du Limousin passent à l’action

jacques veyrier
Jacques Veyrier, étoile du basket limousin (Source : Internationaux du Basket).

Veyrier, Jacques Veyrier, le plus beau des « AS » des équipes limousines, du haut de ses 1m90-91, est certainement l’un des plus grands hommes, à 50 bornes aux alentours de Limoges [voir le plus grand]. Son job à la « Poste », c’est celui « livreur-contreur » et de mémoire postière, il n’y avait pas plus efficace que lui, sauf dix ans plus tard, un noir américain long courrier, Quinas Brower [très bon joueur mais déjà banal pour les années 1970, les semblables ne manquaient pas.. et dire qu’il était Ailier à l’origine… en France il fut Pivot, un gâchis… on manquait cruellement de centimètres dans la raquette… et d’adresse !]. Henry Fields du Stade Français, légende du Basket français, pionnier des pionniers des américains dans l’Hexagone, considérait après une victoire sur le parquet des PTT : « Veyrier est l’adversaire le plus coriace que j’ai trouvé, vraiment je ne crois pas qu’il y ait une autre équipe en France qui possède un tel joueur, il lui faut travailler ses sauts dans le triangle de rebond, mais il a la grande classe« . Fields savait se qu’il racontait à la presse, le bonhomme avait voyagé et s’était fait malmené dans sa spécialité, le rebond et se payant même le luxe de se faire contré par ce blanc porcelaine, Jacques Veyrier. Jusqu’à la dernière journée du Championnat, Veyrier avait contenu tout ce qui se faisait de mieux en National II et offrait ses 14 points de moyenne, ses innombrables rebonds et ses passes décisives caractéristiques d’un Pivot-Leader. Une véritable armoire à glace, proche d’une sélection en équipe de France, Jacques Veyrier est devenu l’attraction du Basket-Ball Limousin.

DSC08074
Une belle équipe de postiers (Source : Bulletin ASPTT Limoges, janvier 1965 – Archives Départementales de la Haute-Vienne).

Mais le succès des PTT de Limoges est loin de se résumer à la seule personnalité de Jacques Veyrier, un grand au pays des nains [eh oui le limousin est petit quoique robuste]. Au regard des statistiques produites par l’ASPTT Limoges, on comprend facilement le jeu des « Jaunes et Rouges », est avant tout fondé sur un collectif. Sans Lajat, Mondon, Augier, Delouis, Dupuy, Macaire, Jacques Veyrier n’aurait jamais pu accomplir une grande saison. Un « AS », accompagnés d’ « AS » du collectif dont le travail d’équipe permet aux « Jaunes et Rouges » d’atteindre la 7 ème place de la Nationale II [ils ne le savent pas encore, suite à la réforme fédérale, leur septième position est synonyme d’une place en National I]. Les hommes d’Eymar ont affronté en marge du Championnat, des équipes reconnues sur la scène européenne : l’ASVEL en Coupe de France [perdant de seulement 5 points face au représentant français en Coupe des Clubs Champions] ; Slask Wroclaw champion de Pologne 1964, 1965 et le Red Star Belgrade de Djerdja et Cvetkovic. À cette époque, les PTT pouvaient déjà prétendre à la première division, ils avaient en tout cas le niveau requis pour franchir une étape. Mercadier, l’entraîneur de l’ASVEL, celui qui fut tout proche de l’élimination en 32 ème de finale confirme : « Vous ne pouvez quitter la Nationale, même en 1, il y a des formations loin de valoir la vôtre ». Les filles des PTT quant à elles retrouvent leur place en Championnat de France sans concéder la moindre défaite. L’avenir de l’ASPTT réserve encore des surprises.

DSC05775
Mince il ne s’agit pas du Partizan Belgrade… l’invité du soir est l’Etoile Rouge de Belgrade (Source : article – photo Populaire du Centre, 16 mars 1965 – BFM Limoges)
DSC05791
Veyrier isolé par la défense groupée des rouges et blancs de Belgrade ; l’ASPTT cède 85-93, avec les honneurs (Source : photo Populaire du Centre, Lacan – BFM Limoges)
DSC05794
Mondon contre un « Yougo » (Source : photo Populaire du Centre, Lacan – BFM Limoges)
DSC05851
Quelques jours après la rencontre Étoile Rouge de Belgrade, en avril 1965, le Slask Wroclaw, champion de Pologne 1965, pose ses valises à Limoges (Source : article – photo Populaire du Centre – BFM Limoges).
DSC05878
Les Polonais, une classe au-dessus, malgré le renfort du tourangeau, Trimardeau (Source : article-photo Populaire du Centre, 14 avril 1965 – BFM Limoges).
ptt femmes
Championne du Poitou 1965, l’équipe féminine de l’ASPTT Limoges (Source : Bulletin ASPTT Limoges, Juillet 1965 – Archives Départementales de la Haute-Vienne).

Derrière ce monde des services postaux, le Cercle Saint-Pierre de Limoges fait sa mue. L’équipe 1 espère accéder au Championnat de France. Jouant en Excellence Régionale Poitou [unique équipe masculine du Limousin a participer à la compétition], Soulié, Benitez et les frères Biojout à l’affût, rencontrerons à nouveau Saint-Même, les mêmes qui avaient barré la route à l’ascension au niveau supérieur… pour tout savoir, sur le CSP Limoges, sur l’ASPTT Limoges masculine et féminine, compagnie, consultez [bonne découverte 😉 ]  : Le Guide du Basket-Ball Limousin saison 1964-1965

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s